Qui sommes nous?

Fondée en 2014 à Genève, AWRA Afghanistan’s Women Rights Association est une association humanitaire à but non lucratif qui se consacre à la défense des droits des femmes en Afghanistan.

Membre de la FGC depuis 2020, AWRA est soutenu par le Bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques, par l’Ambassade d’Afghanistan, la Delegation of the European Union to the UN and other international organisations ainsi que les Missions permanentes de Suède et du Canada.

A Genève, l’association déploie ses efforts à la conception de projets socioéducatifs et la recherche de fonds pour leur réalisation.

AWRA <> AAWRO

L’association s’appuie en Afghanistan sur AAWRO qui est notre partenaire miroir, créé par AWRA.

Il s’agit d’une ONG locale reconnue par l’Etat Afghan. Le comité d’AAWRO est composé par des autochtones bénévoles qui connaissent très bien les besoins de la population, la situation socio-politique et la culture de la région. Ils sont très respectés par les différentes communautés et leur avis est également pris en compte au niveau des différents départements. En effet, dans chaque village de la province de Nimroz, il y a un comité de développement du village CDC (Community Development Commity) qui a été créé par le département du développement rural. AAWRO a un membre dans chaque CDC où elle est présente.

Les objectifs d’AAWRO sont les mêmes que ceux d’AWRA :

  • La promotion dans tous les domaines des droits des femmes et de l’éducation en Afghanistan.
  • La contribution au respect de l’égalité des droits des femmes et des hommes et permettre aux femmes de prendre conscience de leurs droits et de leurs possibilités, afin de prendre leur place dans la société afghane.
  • L’aide au développement de l’éducation des femmes (civique, alphabétisation, santé) leur permettant de faire entendre leur voix dans la société.

AAWRO existe en Afghanistan depuis la fondation d’AWRA à Genève. Tous nos projets sont réalisés ensemble depuis 2014. Nous pouvons ainsi guider AAWRO dans la conduite et le suivi de chaque projet. Les idées de nos projets viennent d’AAWRO qui est attentif aux besoins de la population et aux recommandations des différents départements sur place (éducation, santé). Nous avons besoin de notre partenaire sur place afin de continuer à identifier les besoins et réaliser nos projets. Il serait inimaginable de gérer un projet seulement depuis Genève sans avoir le partenaire sur place.

Sur place, AAWRO collabore avec le Département des Affaires des Femmes, le Département de l’Education, le Département de la Santé et le Département des Réfugiés de Nimroz qui reconnaissent ses actions et constituent ainsi de précieux partenaires locaux. Afin de formaliser notre collaboration, plusieurs accords ont été signés  entre AWRA, AAWRO et les différents départements de l’Etat ainsi qu’avec des autres organisations internationales.

Lieu d'action

AWRA est engagée principalement dans la province de Nimroz située dans le sud de l’Afghanistan à la frontière de l’Iran et du Pakistan. Elle se trouve en première ligne pour accueillir les personnes expulsées des pays voisins ainsi que les réfugiés fuyant les conflits à l’intérieur du pays. Cette région est la moins sécurisée du pays et aucune organisation humanitaire n’y est présente pour défendre les intérêts de la population, d’où la signification de notre action. La Présidente d’AWRA est originaire de cette région, y a vécu et travaillé à la défense des droits humains pendant 8 ans. Ce contexte nous a incité à débuter nos actions à Nimroz et élaborer des projets en lien étroit avec les populations locales.

Bien que les droits des femmes soient reconnus par la Constitution du pays (2003), par la Loi sur l'Elimination de la Violence contre les Femmes (2003) et d’autres réglementations et malgré les efforts du gouvernement ainsi que la communauté internationale, les femmes en Afghanistan continuent à être traitées comme des citoyennes de seconde classe avec des libertés limitées.

La perception de la femme par l’homme est ancrée dans l'histoire. De père en fils, la femme est considérée comme un fardeau financier, dévolue aux tâches ménagères. Les femmes et les filles sont quotidiennement le prétexte à toutes sortes de négociations, pour par exemple la résolution de conflits entre les populations. Elles sont vendues en mariage, soumises à des mariages précoces et forcés, à la violence domestique et sociale. La discrimination contre les femmes se manifeste dès la naissance, où celle d’un fils est célébrée et annoncée par des salves de joie alors que la naissance d’une fillette est vécue dans le silence et l'humiliation.

L’ignorance des femmes sur leurs droits fondamentaux permet à ces traditions de se perpétuer, d’où l’urgente nécessité de leur permettre d’acquérir une instruction de base et une éducation civique.

L'engagement de AWRA est reconnu

En 2020 deux membres du comité ont été élus par l’association un Monde Meilleur, pour faire partie des 16 "super-héros", cela a été une grande reconnaissance pour notre engagement !

Bahishta NOHTANI, Présidente et Gabriella MORIELLO membre du comité

En effet, pendant le mois d’août et de septembre, sur le quai Gustave Ador il a eu lieu une exposition du projet socio-culturel réalisé par l’association « Un Monde Meilleur ». Ce projet a souhaité mettre en avant des personnes habitant Genève, dites « ordinaires » qui œuvrent activement pour des Objectifs de Développement Durable. Les portraits de 16 « super –héros » étaient exposés et l’association AWRA a eu l’honneur d’être choisie pour illustrer l’objectif : « Egalité entre les sexes ». Une BD dessinée par Monsieur Pierre Wazem et destinée aux élèves du Cycle d’Orientation sortira en avril 2021.

Projections pour 2021

Nous souhaitons pouvoir poursuivre tous nos projets en cours. Le projet d’éducation civique et du minibus santé seront entièrement financé par la FGC.
Nous voulons continuer aussi le projet du centre du jour, pour ce projet nous allons solliciter des fondations privées ainsi que nos membres. Bien entendu, si la situation sanitaire le permet, les bénévoles à Genève vont reprendre les ventes de spécialités orientales ainsi que participer à d’autres manifestations pour récolter des fonds.